/// L’ÉVÈNEMENT PHOTOGRAPHIQUE

L’Évènement Photographique se donne pour mission première la diffusion et l’exposition de travaux d’artistes photographes reconnu.e.s et de regards émergents. Il accueille et soutient en parallèle des artistes en résidence et assurera la restitution de ce travail. Il présente plusieurs expositions d’envergures. Il organise une restitution d’ateliers artistiques et culturels. Il propose des projections / concerts en partenariat avec des associations locales, des conférences, des lectures de portfolio, ainsi que des workshops en lien avec la thématique abordée. Il présente également une sélection de travaux par l’intermédiaire d’un appel à candidatures.

Pensée philosophique pour l’évènement photographique de préfiguration qui aura lieu du 15 au 31 mai 2020 :

Des arbres et des hommes 

Tout homme est tiraillé entre deux besoins, le besoin de la Pirogue, c’est-à-dire du voyage, de l’arrachement à soi-même, et le besoin de l’Arbre, c’est à dire de l’enracinement, de l’identité, et les hommes errent constamment entre ces deux besoins en cédant tantôt à l’un, tantôt à l’autre ;  jusqu’au jour où ils comprennent que c’est avec l’Arbre que l’on fabrique la Pirogue.

Mythe mélanésien de l’île du Vanuatu

En lien avec « L’Évènement Photographique », événement bi-annuel à Nancy en charge de diffuser et promouvoir des œuvres photographiques, le NOP Grand Est propose des ateliers de pratique artistique. Les créations qui en découleront y seront accueillies et exposées à un large public. Des arbres et des hommes est la pensée philosophique autour de laquelle les artistes intervenants du NOP Grand Est travailleront et articuleront leurs interventions artistiques.

Au cœur de cette pensée, une question fondamentale : la place de l’humain dans son environnement. Bien souvent, l’homme se place au centre de l’espace qu’il habite. Or il s’agit ici d’interroger ce positionnement social en donnant à réfléchir sur les modes de vie contemporains. Nombres d’études scientifiques nous apprennent que les plantes perçoivent leur environnement et qu’elles sont capables de s’y situer. Les arbres transpirent, grandissent, se nourrissent, respirent, communiquent, sont solidaires de leurs pairs. Symbole de vie, de grandeur et de force, de l’enracinement à un territoire, perçu comme le compagnon indispensable à l’évolution de tout être vivant sur terre, observé en tant que fondations de cabanes d’enfants ou place de village, « l’arbre » offre une grande liberté d’interprétation et de point de vue.

En urbanisme, l’arbre est selon Le Corbusier « cette chose que nous agréons tous, parce que nous sommes lointainement des êtres de la nature ; et le phénomène urbain, oubliant totalement la nature, se dresserait vite à l’encontre de profondes hérédités. L’arbre clôt le site trop vaste parfois ; sa silhouette primesautière contraste avec la fermeté de ce que nos cerveaux ont conçu et que nos machines ont fait. L’arbre semble bien être cet élément essentiel à notre confort qui apporte à la ville quelque chose comme une caresse, une obligeante prévenance, au milieu de nos œuvres ».

Les ateliers de pratiques artistiques aboutiront à des réponses variées mais toujours photographiques. Ainsi, le sujet Des arbres et des hommes pourra être déployé en fonction de chaque artiste par la photographie documentaire, le photomontage, la mise en scène, etc.