/// L’ÉVÉNEMENT PHOTOGRAPHIQUE

« L’événement photographique » se donne pour mission première la diffusion et l’exposition de travaux d’artistes photographes reconnu.e.s et de regards émergents. Il accueille et soutient en parallèle des artistes en résidence et assurera la restitution de ce travail. Il présente plusieurs expositions d’envergures. Il organise une restitution d’ateliers artistiques et culturels. Il propose des projections/concerts en partenariat avec des associations locales, des conférences, des lectures de portfolio, ainsi que des workshops en lien avec la thématique abordée. Il présente également une sélection de travaux par l’intermédiaire d’un appel à candidatures.

Pensée philosophique pour « L’événement photographique »
qui aura lieu du 12 mai au 4 juin 2023 :

Danse avec la Terre 

En 1972, à 45000km d’altitude la mission Apolo 17 réalise une photographie qui va modifier notre représentation du monde : the blue marble, la terre entièrement éclairée vue de l’espace. Cette mission Apolo se retrouve alors dans son orbite autour de notre planète à créer sa propre ronde, des humains en train de danser avec la terre dans une multiplicité d’orbites et de trajectoires proposant une extraordinaire chorégraphie universelle entre les planètes, les étoiles et l’Humanité.

La Terre est en perpétuel mouvement dans l’espace, dans le temps, au sein d’elle-même, déplacement tectonique, changement climatique, érosion naturelle. L’humanité participe pleinement à certains de ces changements, parfois même, elle les accélère. Pourtant le rapport entre la terre et l’humanité se conçoit dans une relation de respect comme certaines tribus primitives entretenaient des rapports particuliers avec la Terre source de leur bien-être. C’est la danse ce mouvement universelle qui nous donne le ton du sacré dans notre rapport à la terre.

« C’est que la Danse est un art déduit de la vie même, puisqu’elle n’est que l’action de l’ensemble du corps humain ; mais action transposée dans un monde, dans une sorte d’espace-temps qui n’est plus tout à fait le même que celui de la vie pratique. »

Paul Valéry, Philosophie de la Danse 1936

La danse n’est pas un réel palpable, elle s’affirme dans l’espace et le présent. « L’événement photographique » #2 que nous proposons, donne à voir des images qui prêtent à réfléchir sur le thème du rapport que nous entretenons avec la Terre et la danse. La danse, comme un mouvement qui va du déplacement physique au contraintes sociales. La danse comme une chorégraphie d’un monde complexe, contextualisé et singulier.  

L’important n’est pas de figurer, mais de laisser transparaitre, de dévoiler et pouvoir renouveler l’expérience. 

Elle évoque aussi le corps, le corps qui est le lieu d’un autre langage. Les attitudes, les mouvements à la fois identiques et différents.

La pensée philosophique portée par « L’événement photographique » #2 entre en résonance avec le travail des photographes au XXIe siècle.

La photographie comme une métaphore, comme une allégorie, comme une trace, visant à éclairer les nouveaux paradigmes aborder par la photographie contemporaine : représentation du mouvement physique, politique, social, esthétique…  Dans ses différentes acceptions le mot danse, incarne l’affirmation de concepts qui renvoient dans de multiples directions le travail du mouvement à travers le monde.  

Le mouvement n’est plus alors considéré comme un trajet entre deux positions, mais comme un passage ou l’on peut décomposer le flux de l’espace et du temps.  

La danse, la Terre, la photographie se rejoignent dans leurs rapports au temps et au mouvement. 

Dans cette partition, le photographe est l’acteur, il est le chorégraphe, qui met en lumière sa propre singularité temporelle à travers son art, la photographie, dans l’instant et le présent, ou l’enjeu est le destin de la terre et des hommes.

« J’imagine cette photographie ou des femmes et des hommes sont assis sous un grand arbre au bord d’un ruisseau, des feuilles s’envolent sous une rafale de vent, d’une pluie d’orage, où tout le paysage semble pris dans le mouvement de ce vent qui emporte tout. » 

Sites des éditions de « L’événement photographique » :